Mère ? Non merci

« Un enfant quand je veux, si je veux », ce slogan féministe des années 70 peut paraître obsolète aujourd’hui. Après tout, les femmes ont obtenu le droit à la contraception orale et à l’avortement… Plusieurs décennies ont passé, et nous avons maintenant les deux pieds bien ancrés dans un XXIème siècle que l’on veut croire empreint de modernité. Mais celles qui choisissent de ne pas faire d’enfant continuent d’être stigmatisées, soupçonnées d’un défaut de fabrication ou d’un égoïsme intrinsèque. Onze femmes entre 25 et 32 ans ont accepté de répondre à mes questions concernant leur volonté de ne pas devenir mères.

Pluri-elles

À travers les témoignages de Julie P., Funambuline, Marie-Amria Cressot, Carine, Aurélie Denne, Magali, M’dame Jo, Julie D., Florence, Hélène et Marie, vous découvrirez que ces femmes sont toutes très différentes, leur seul point commun étant leur désir de rester nullipares. Impossible donc de prétendre dresser un portrait robot de « la femme qui ne veut pas d’enfants ».

Dès la première question, un coup est asséné au prêt-à-penser, qui voudrait que seules les « vieilles filles » choisissent de ne pas faire d’enfants, plus par dépit que par volonté. La plupart de ces jeunes femmes sont en couple (8 sur 11), dont trois sont mariées ou pacsées.

Il a été observé que plus les femmes font d’études supérieures, moins elles font d’enfant. Quant à mes témoins, elles sont salariées du secteur social, documentalistes, masseuses, webdesigners, ingénieures, journalistes, cadres supérieures, graphistes ou travaillent dans l’évènementiel, et une d’entre elles se réoriente dans l’humanitaire (aurait-elle un cœur, alors ?incroyable !).

Si quelques unes trouvent les enfants inintéressants, voire pénibles (et qui ne l’a jamais pensé ?), Funambuline tord le cou aux idées reçues puisqu’elle dit adorer les enfants, et être pour ses neveux « une vraie tata gâteau ».

Un choix ou une « non-envie viscérale » ?

Si certaines arrivent à déterminer le moment où elles ont pris la décision de ne pas procréer, ou le cheminement qui les y a menées, d’autres estiment que leur intention vient des tripes, comme pour d’autres celle d’enfanter.

Funambuline explique « Je n’ai jamais pris cette décision pour la simple et bonne raison que ce n’est pas une décision, ni un choix réfléchi ou conscient. C’est une non-envie viscérale. […] c’est pareil et tout autant non-réfléchi qu’un désir d’enfant ». Pour Magali non plus « ce n’est pas un choix mais un état de fait (comme être gaucher, ou gay). Un manque total d’envie, tout simplement ». Aurélie non plus n’a jamais eu « un quelconque désir de maternité. Ni une aversion. Je ressentais davantage un désintérêt (‘c’est pour les autres’) ».

M’dame Jo (« ce n’est pas plus rationnel qu’une envie de chocolat »), Hélène, Marie et Julie P. rejoignent toutes ces propos : elles n’ont jamais eu envie de pouponner, voilà tout. Mais même celles qui se sentent instinctivement « non-mères » avancent souvent de nombreux arguments en faveur de leur mode de vie « childfree ».

Economie, liberté, écologie…

La raison invoquée le plus fréquemment par les témoins pour ne pas faire d’enfant, c’est la situation socio-économique présente et à venir. Sept des femmes qui m’ont répondu ont cité ce critère comme déterminant. D’une part mettre un enfant au monde aujourd’hui, c’est l’exposer à un avenir probablement précaire. D’autre part, toutes ne sont pas sûres qu’elles pourraient assurer à un enfant des conditions de vie sinon confortables, du moins suffisantes. Car un enfant, Corinne Maier le disait déjà dans son livre « No Kid, 40 raisons de ne pas avoir d’enfants », coûte plus cher qu’une voiture dernier cri, qu’une croisière autour du monde ou qu’un deux pièces à Paris !

Sur la deuxième marche du podium, l’écologie et la liberté sont ex-æquo avec cinq mentions chacune.

L’écologie semble, comme l’économie, être une double préoccupation. D’abord, le réchauffement climatique fait peur, on ne sait pas dans quel état sera la planète dans 10 ou 20 ans. Ensuite, le fait d’amener un nouvel être sur Terre, notamment en Occident, revient à offrir au monde un nouveau petit pollueur. Quand on sait qu’en 2004, chaque citoyen européen produisait 520 kilos de déchets par an, on peut penser que chaque non-mère offre un peu de répit à la Terre.

La liberté, l’indépendance, l’absence de contraintes, voilà des avantages qui tendent à disparaître à l’arrivée d’un enfant. La mère qui n’a pas les moyens de s’offrir une aide à temps plein se voit réduite en esclavage, répondant aux moindres attentes de son enfant. Finies aussi les sorties improvisées, les grasses matinées, les longs voyages à la dernière minute… « A quoi bon avoir un enfant si c’est pour lui reprocher de me priver de ma liberté, de mon indépendance, de ma spontanéité ? » se demande par exemple Aurélie.

Les aspects physiologiques de la grossesse et de l’accouchement (douleur, fatigue, « une scène d’Alien » pour Magali), la carrière et les doutes sur la capacité à être une « bonne mère » sont également des raisons citées plusieurs fois par les témoins.

Pression sociale

Parmi les questions que j’ai posées à toutes ces femmes, celle de l’anonymat dans cet article a amené des réparties intéressantes. Ainsi, seules Marie-Amria et Aurélie n’ont pas souhaité que leur nom soit tronqué. La première parce qu’elle « assume et ne risque rien », la seconde pour « lever, à [sa] petite échelle, ce « tabou » ». Plusieurs souhaitent préserver leur vie privée de l’omniscient Google, mais quatre autres ont précisé qu’elles craignaient une certaine pression sociale, d’avoir à se justifier auprès d’inconnus voire que cela leur porte préjudice pour un prochain emploi.

Car, à l’exception de Florence qui n’a « pas de remarque désobligeante à déplorer pour le moment », toutes ont eu un droit à un florilège d’agressions, souvent en provenance de parfaits inconnus. Plus de la moitié ont été taxées d’égoïsme pour leur choix de vie, comme si faire un enfant pour sauver un couple ou se retrouver dans les traits d’un mini-moi était une preuve d’altruisme exacerbé. D’autres épithètes peu flatteuses sont également fréquentes telles « vieille fille », « aigrie », « triste », « anormale » et même « monstrueuse ».

Autre assertion que six des témoins ont entendue de manière récurrente « Tu changeras d’avis ». Vous avez bien lu, pas de point d’interrogation, c’est une certitude. Parfois associée à l’évocation de la fameuse horloge biologique, cette affirmation présomptueuse agace plus qu’elle ne blesse. Doit-on comprendre que les femmes ne sont que des utérus en attente d’utilisation ? Des pondeuses en puissance prête à se déclencher sur commande d’une bombe à retardement ovarienne ?

La pression sociale et familiale est telle qu’Aurélie dit avoir un instant pensé à céder, juste pour y échapper.

Il y a 61 ans, Simone de Beauvoir écrivait « Le Deuxième Sexe », une réflexion sur la place de la femme dans la société. L’une des idées qu’elle exposait était celle-ci : l’individualité de la femme est combattue par l’intérêt de l’espèce. Au vu des témoignages que j’ai reçu, force est de constater que cette rixe n’est pas terminée. On pardonne rarement à une femme de vouloir être « juste » elle, en tant que personne. On n’admet pas que des projets créatifs, amoureux ou professionnels puissent être source d’épanouissement pour les femmes. Pourquoi ? Parce que ce mode de vie est minoritaire et donc…différent. Différent, le voilà le gros mot, celui qui donne le droit d’ostraciser celles qu’on ne comprend pas, qu’on ne connaît pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *