Un garçon gentil

En promo depuis quelques semaines, le livre Sex@mour de Jean-Claude Kaufmann. Ce chercheur du CNRS y traite du flirt en ligne. Lors d’une émission de radio, ce sociologue a retenu toute mon attention avec le propos suivant : « Elles (les femmes qui fréquentent les sites de rencontres) ne veulent pas d’un certain type d’homme, trop gentil. […] Elles veulent du plus sérieux […] du bad boy. Je vois des tchats et des forums d’hommes gentils qui se concertent entre eux et qui se demandent : Comment faire pour devenir un petit peu bad boy? ».

Or, j’ai souvent entendu des hommes dire : « Je ne comprends pas, pourtant, je suis un garçon gentil ! » en parlant de leur célibat, ou d’une énième déconvenue sentimentale. Cette phrase m’a toujours laissée perplexe. En fait, cette phrase m’agace.

Quelle est exactement cette qualité mise en avant par tous ces hommes dédaignés par la gente féminine? Est-ce vraiment de la gentillesse ?

Il y a le garçon qui se plie à la moindre volonté de sa compagne, quitte à lui laisser tout pouvoir, toute décision. Peu engageant, à moins d’être une dominatrice dans l’âme.

Il y a le garçon avec qui un conflit est impossible. Pas par pacifisme, juste parce qu’il ne peut pas le supporter, il est trop sensible. Qui a envie de vivre dans le monde sucré de Oui-oui ?

Il y a le garçon qui dit oui à tout, en attendant que sa compagne fasse de même pour tout exigence qu’il aura par la suite. Ne serait-ce pas un peu du chantage affectif ?

Est-ce qu’une femme, de nos jours, relativement indépendante au point de vue financier et affectif, a envie de se lier à un garçon soumis, faible ou émotionnellement peu mûr ?

Et à cette interrogation légitime, l’une des réponses qui m’est fréquemment retournée est : « de toutes façons maintenant, les filles tout ce qu’elles veulent, c’est un gars plein de fric ! »

A ce point de la discussion, je m’insurge… Dis donc, toi, le gentil garçon, pourquoi dragues-tu dans les boites de nuit ? De surcroît, penses-tu que la donzelle court vêtue et outrageusement maquillée qui hante ces lieux est vraiment faite pour toi qui te poses en garçon honnête, doux et gentil?

Tout ça me donne une impression étrange. Les hommes disent avoir intégrer des valeurs féminines, mais il semble que ce qu’ils attribuent aux femmes ne soient pas des valeurs, mais plutôt des faiblesses : la soumission, la fuite devant les conflits, le chantage affectif…

Ils critiquent le comportement féminin mais continuent d’appliquer des schémas classiques parfois à la limite de la misogynie. Les insultes sont encore fréquentes, même sur ces sites de rencontres modernes.

Une solution pourrait être qu’après la libération de la femme, l’homme trouve maintenant sa place dans ces nouveaux jeux amoureux.

To be or not to be… riche !
G’art aux critiques!