Le reporting RSE des entreprises

reporting RSE

L’audit rse est actuellement devenu un outil incontournable pour évaluer une entreprise et ses enjeux actuels. Pour certaines d’entre elles, cette démarche est obligatoire, tandis que pour d’autres, le rapport est facultatif. Néanmoins, peu importe le domaine d’activité, il est fortement recommandé de rédiger tous les ans un rapport RSE afin de réduire au maximum ses empreintes écologiques et séduire les investisseurs.

Reporting RSE : qu’est-ce que c’est au juste ?

Le rapport RSE, rapport de responsabilité sociale d’entreprise ou reporting rse est un document qu’une entreprise est tenu de publier périodiquement. Pour les entreprises cotées en bourses, employant plus de 500 employés ou affichant un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions d’euros, ce rapport doit être émis tous les ans. Cette démarche est en effet obligatoire depuis 2017. Il met en avant les actions mises en place en rapport avec le développement durable et les résultats en matière de responsabilité sociale d’entreprise : informations liées à la situation économique de l’entreprise, chiffres de l’emploi, protection de l’environnement, situation sociale de l’entreprise, etc.

Ces informations sont mises à la disposition du public pour informer les différentes parties prenantes. De nos jours, on parle plutôt de « déclaration de performance extra-financière ». L’objectif est de rendre transparentes les activités des entreprises et de mesurer leur implication dans le développement durable. Grâce au reporting RSE, les investisseurs pourront connaître les risques qu’ils encourent s’ils décident d’acheter des parts dans la boite ou de financer les nouveaux projets. Pour les clients, ils seront en mesure d’évaluer les conséquences de leurs achats sur la planète.

Au niveau interne, c’est un excellent moyen pour mesurer l’impact des activités sur l’environnement et la société. Ainsi, si les résultats ne sont pas satisfaisants, les dirigeants pourront améliorer leur processus pour réduire l’empreinte écologique. Pour plus d’informations, rendez-vous sur kshuttle.io.

À quoi sert un rapport RSE ?

Le rapport RSE permet aux fournisseurs, employés, investisseurs et ONG d’évaluer les conséquences des activités d’une entreprise en particulier. On tient d’ailleurs à noter que la plupart des investisseurs consultent en premier le reporting d’une société qui a attiré leur attention pour savoir si elle respecte la réglementation rse en vigueur ou non avant de conclure une affaire avec les dirigeants.

Pour les salariés, c’est une source de motivation. Certaines personnes éprouvent en effet de la satisfaction à travailler au sein d’une organisation qui se soucie du bien-être des employés et de l’environnement. Et surtout, c’est un outil d’aide à la prise de décision qui permet aux actionnaires et associés d’optimiser les efforts de l’équipe.

Quelles sont les informations indispensables ?

Le reporting RSE doit renfermer certaines mentions essentielles que l’on peut classer en trois catégories. Dans la thématique sociale, il faut mettre en avant l’effectif total de la masse salariale, la répartition des employés par âge, sexe et zone géographique, les rémunérations, les licenciements, les recrutements, les politiques de formation et le nombre d’heures de formation. De même, le document doit parler du taux d’absentéisme, de l’organisation du temps de travail, des procédures d’information, de bilan des accords collectifs, des conditions de sécurité au travail, des accidents de travail et des maladies professionnelles.

Dans la section « sociétale », il faut mentionner l’impact économique, social et territorial des activités de la société, les principaux fournisseurs et sous-traitants, les actions engagées pour lutter contre la corruption, les mesures prises en faveur des droits de l’Homme et pour protéger les consommateurs.

La composante « environnementale » détaille la politique générale en matière environnementale, les mesures prises pour réduire les déchets dans la nature, la prise en compte des nuisances sonores, l’utilisation des ressources, le rejet de gaz à effet de serre, la protection de la biodiversité… Enfin, le rapport RSE doit mettre en avant le bilan des émissions de gaz à effet de serre de l’entreprise.

Comment réussir la rédaction d’un rapport RSE ?

D’abord, essayez de classer les informations par thématique pour simplifier la lecture. Vous pouvez vous inspirer des modèles en ligne si vous avez des doutes. Ensuite, travaillez la mise en page pour rendre la lecture plus agréable. La page doit attirer l’attention du grand public. Voilà pourquoi les informations doivent être accessibles à tous. L’idéal, c’est d’utiliser des jargons faciles à comprendre.

Par ailleurs, le document doit susciter l’intérêt des consommateurs et des clients. De ce fait, il est conseillé de miser sur l’originalité. Soyez créatif pour faire de l’effet, car les formats innovants peuvent retenir facilement l’attention. Par exemple, vous pouvez changer en infographie les données chiffrées ou les citations en vidéos. En tout cas, il ne faut pas hésiter à utiliser les nouvelles technologies à votre profit pour vous démarquer de la concurrence.

Pour finir, le rapport contient pas mal de chiffres. Ce qui peut décourager les lecteurs. Pour garder leur attention, entre deux paragraphes, racontez des histoires susceptibles de plaire à la cible : clé de succès de votre entreprise, difficultés rencontrées, étapes importantes de la société…

Paul Morlet management : les clés d’un réussite
S’informer sur les clés de la formation bpjeps af,