Comment expliquer la hausse des cours du blé ?

cours du blé

Soja, sucre, blé, maïs, riz… les prix des matières premières agricoles montent à des niveaux jamais vus depuis des années. Les achats à grande échelle de la Chine sont la principale raison de cet essor. La crise des conteneurs, les pénuries de main-d’œuvre dans les plantations de palmiers et les taxes russes à l’exportation du blé soutiennent également les prix. Comment expliquer alors cette variation du cours du blé ?

Pourquoi le cours du blé est en perpétuel changement ? 

Le prix du blé est le même que le prix de tous les produits agricoles, et il évolue sous l’influence de nombreux facteurs, dont certains sont contrôlables, d’autres beaucoup plus faibles. Il s’agit de facteurs macroéconomiques (cotations, demande) : croissance des grands pays importateurs, évolution du taux de change de l’euro contre le dollar, coûts de l’énergie (impact sur les coûts des transports et des engrais), évolution des tarifs des cultures concurrentes (maïs, riz). Un autre type de facteur d’influence est le climat et la production des principales zones céréalières : Europe, Amérique du Nord, Mer Noire (Kazakhstan, Ukraine, Russie), Chine (grand importateur, mais également un producteur) et de plus en plus l’Inde. L’Amérique du Sud (Argentine, Brésil) et l’Australie sont deux régions de l’hémisphère nord qui produisent une production « hors saison ». Les accidents météorologiques pendant les périodes de semis, de culture et de récolte, s’ils sont graves, peuvent provoquer des changements soudains (plus ou moins) dans les attentes et les estimations des commerçants utilisées pour calculer les prix. Il provoque également des fluctuations. Cela affecte la quantité, mais cela affecte aussi la qualité. Par conséquent, il est très important d’obtenir des informations et de les traiter en profondeur. Pour trouver un meilleur prix concernant le blé, il ne faut pas hésiter d’utiliser un comparateur de coût. Dans ce cas, consultez ce site.

Le déséquilibre entre la demande et l’offre

D’une manière générale, les augmentations des prix du marché reflètent le déséquilibre entre l’offre et la demande. Le développement des pays émergents, la faible élasticité-prix de la demande et les comportements spéculatifs ont été proposés pour expliquer l’augmentation de la demande. Dans le même temps, en raison des catastrophes climatiques qui ont touché les grands producteurs ces dernières années, de l’augmentation des coûts de production et des stocks très faibles sur la plupart des marchés agricoles, l’offre ne s’est pas adaptée à cette évolution. Actuellement, il existe une variation de prix, que ce soit pour le blé fourrager ou le blé meunier. Comme les autres céréales, le prix du blé dépend de l’offre et de la demande mondiales. L’environnement actuel a tendance à être un marché volatil. Les catastrophes climatiques de plus en plus fréquentes ont un impact direct sur la production et l’offre mondiale. Sachant que le blé, le maïs et l’orge sont tous utilisés comme aliments pour animaux pour l’exportation, ces produits peuvent rapidement les remplacer. Par conséquent, dans un marché turbulent, la corrélation des prix de ces céréales est très forte. Du côté de la demande, celle-ci tend à augmenter régulièrement, mais les turbulences actuelles des achats chinois ont un impact direct sur les prix du blé.

Quelles sont les dispositions à prendre afin de limiter ces variations du prix du blé ?

Il est très difficile, voire vain, de limiter le changement absolu, car certains facteurs clés ne peuvent être contrôlés que si l’on revient à une gestion de marché interventionniste et centralisée. D’autre part, chaque opérateur, acheteur ou vendeur dispose de ses propres moyens pour gérer les risques et amortir l’impact des changements sur son activité. Le premier est de surveiller sa demande, sa « position » quotidienne ou plus longue, c’est la différence entre ses achats et ses ventes et son inventaire, par rapport à sa demande et ses ventes de produits transformés. Les produits dérivés et les marchés à terme minimisent autant que possible les risques physiques et financiers, plutôt que de les éliminer complètement. En fournissant aux acteurs des niveaux de prix de marché et en permettant des transactions d’achat ou de vente sécurisée, le marché en ligne est l’élément structurant de cet ensemble.

Comment lutter contre la surpêche ?
Énergie non renouvelable : avantages et inconvénients